Centrafrique: La rébellion responsable de la mort de l’employée de MSF

Publié le par panapress

2505153986.jpgLa rébellion armée centrafr icaine a reconnu mercredi à Paris sa responsabilité directe dans la mort de Elsa Serfass, volontaire de Médecins sans frontières (MSF) tuée lundi par balle dans le nord-ouest de la Centrafrique. "Sur la base du rapport établi par notre chef des opérations sur le terrain, nous reconnaissons notre responsabilité dans la mort de cette volontaire de MSF. Il s’agit d’un incident malheureux que nous regrettons en présentant nos condoléances à MSF et à tous les humanitares", a déclaré à la PANA Christophe Gozam Betty, représentant en France de la plate-forme des mouvements rebelles centrafricains.

//-->

Ancien ambassadeur de Centrafrique en Chine, M. Gozam Betty a évoqué les circonstances de la mort à l’âge de 27 ans de Elsa Serfass, assurant que l’auteur du coup de feu mortel sera puni par les instances dirigeantes de la rébellion. 

"La sentinelle qui montait la garde devant un de nos camps a ouvert le feu sur le véhicule de l’équipe de MSF. Un passager a été atteint à la jambe, Mme Elsa Serfass a été atteinte mortellement par une balle", a-t-il précisé, qualifiant le coup mortel "d’acte incontrôlé".

"N’oubliiez que nous sommes dans une région qui connaît une très forte concentration d’éléments armés dont les nôtres, les milices de Bozizé, la garde présidentielle et même des forces de Abdoulaye Miskine", a souligné le représentant de la rébellion armée centrafricaine en France.

Il a, par ailleurs, exhorté MSF à poursuivre ses actions dans le nord de la Centrafrique, accusant le pouvoir du président Bozizé de vouloir punir les populations de la zone rebelle en les privant des services essentiels.

"Les forces rebelles ont toujours entretenu des relations de travail correctes avec les humanitaires qu’elles ont même eu l’accasion de sécuriser dans certains endroits. Il est important que ces ONG continuent de venir en aide aux populations", a dit le responsable rebelle.

"Nous prendrons toutes les mesures nécessaires pour éviter que ce qui s’est passé lundi se reproduise dans la partie que nous contrôlons depuis 4 ans", a-t-il ajouté, en dénonçant les tentatives de "récupérations politiciennes" de la mort de l’employée de MSF.

Réagissant à l'annonce de la mort de Elsa Serfass, le président français, Nicolas Sarkozy, a demandé mardi aux autorités centrafricaines une enquête rapide afin d'identifier et de punir les responsables de sa mort. Le ministre français des Affaires étrangères, Bernard Kouchner a, pour sa part, fait part de son "émotion" et présenté ses condoléances à MSF.

L'ONG humanitaire est présente depuis mars 2006 dans le nord de la Centrafrique où ellle apporte son soutien à l'hôpital de la ville de Paoua tout en assurant des consultations et des soins aux populations réfugiées dans la brousse.

Paris, France (PANA) – 13/06/2007

Publié dans ACTUALITES NATIONALES

Commenter cet article