Areva vise UraMin

Publié le par usinenouvelle.com

L’entreprise nucléaire française joue la croissance externe pour sécuriser ses approvisionnements.

L’entreprise nucléaire française joue la croissance externe pour sécuriser ses approvisionnements.
Areva vise UraMin Troisième producteur mondial d’uranium, Areva a annoncé vouloir doubler sa production d’uranium d’ici à 2010. Déjà détenteur de 5,5% de son capital, Areva semble avoir jeté son dévolu sur l’entreprise minière canadienne spécialisée dans l’uranium, UraMin. Basée à Johannesburg, cotée à Toronto et à Londres sur le second marché (AIM), l’entreprise dispose de vastes gisements d’uranium en Namibie (Trekkopje), en République Centrafricaine (Bakouma) et en Afrique du Sud (Ryst Kuil). Elle a une capitalisation boursière d’environ 1,9 milliard de dollars.

Fondée en février 2005 pour profiter de l’augmentation attendue de la demande d’uranium, UraMin est principalement actif en Afrique, où il dispose également de droits au Mozambique, au Niger, au Sénégal et au Tchad. Elle vient en outre d’acquérir des permis d’exploration dans le riche bassin d’Athabasca, dans la province canadienne d’Alberta. Nouvelle compagnie, si elle a été très active dans l’exploration et l’obtention de droits, Uramin n’a encore pas extrait d’uranium, mais compte en produire 20 millions de livres d’ici à 2012, dont 10 millions pour le seul projet de Trekkopje.

Uramin avait annoncé lundi être « à un stade très avancé » de négociations avec un acheteur potentiel de la compagnie. Des rumeurs avaient circulé auparavant sur l’intérêt pour les ressources de l’entreprise de China National Nuclear Corp, soit sous forme de prise de contrôle soit concernant des contrats de livraison à long terme. La Chine, toujours désireuse de mettre la main sur les ressources qui lui font défaut, pourrait vouloir s’associer au projet de rachat d’UraMin. 
 
Cette nouvelle politique d’acquisition d’Areva fait suite à une prise d’intérêt stratégique dans le mineur australien Summit Resources, suite à une OPA hostile lancée par Paladin Resources. L’entreprise française a par ailleurs décidé d’investir 90 millions de dollars dans un nouveau puits à Shea Creek, une mine qu’elle possède au Saskatchewan.

Daniel Krajka

 

Publié dans ECONOMIE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article